Arnaud Le Révérend
Il faut apporter des solutions en termes d’embellissement du document, en termes d’ennoblissement, de valeur ajoutée. Par ailleurs, le fait d’intégrer la solution MGI en interne, représente un énorme gain de réactivité.

Le Révérend premier client mondial JETvarnish 3D

 
 
Arnaud Le Révérend, président, témoigne sur son entreprise et l'acquisition de la JETvarnish 3D.

Quelle est l'activité de l'imprimerie Le Révérend ?
L'imprimerie Le Révérend est une imprimerie généraliste, qui se positionne aussi bien dans les imprimés de communication que dans les imprimés de gestion, avec les technologies offset et numérique. Notre chiffre d’affaires est de 9 millions d’euros pour 85 personnes. Nous allons fêter l’année prochaine nos 90 ans d’existence sur 4 générations d’imprimeurs, puisque l’entreprise a été fondée en 1923 par mon arrière grand-père, toujours dans le même village de Normandie à Valognes.

Qu'est-ce qui a motivé votre achat en faveur de la JETvarnish 3D ?
Nous étions depuis un certain temps en recherche de solutions technologiques pour traiter des applications que nous sous-traitions en sérigraphie depuis de nombreuses années. Les volumes ayant augmenté, nous avons cherché à intégrer la solution. Nous avons d’abord regardé du coté de la sérigraphie ce qui était encore possible : la technologie nous a vraiment découragés. Puis nous avons vu trois industriels, qui nous apportaient diverses solutions ; finalement, nous avons retenu MGI qui répondait le plus largement à notre cahier des charges, à la fois en termes de qualité de l’impression, de rendu et de productivité.

Pourquoi cette démarche d’intégration de solutions, qu’est-ce qui a changé aujourd’hui au niveau du marché, des demandes des clients, de l’utilisation de l’imprimé ?
On a aujourd’hui besoin de valoriser le support imprimé, de lui redonner vie après des décennies de banalisation de l’offset, de la quadri et du support imprimé en général. Il faut apporter des solutions en termes d’embellissement du document, en termes d’ennoblissement, de valeur ajoutée. Par ailleurs aussi le fait d’intégrer la solution, pour nous, c’est un énorme gain de réactivité, parce que ce sont des marchés qui sont essentiellement des marchés de communication dans le luxe ou sur des niches assez haut de gamme…
Dans le domaine du luxe, nous avons un gros besoin de réactivité. Quand le fichier est finalisé par l’agence, on a de moins en moins de temps pour produire et les tables de sous-traitance sérigraphiques nous pénalisaient énormément.
Maintenant, nous allons pouvoir faire l’économie des allers-retours en transport et aussi gagner en expérimentations. En recherche, puisque nous avons avec MGI un partenariat sur le développement et la recherche d’applications nouvelles autour de cette machine.

Où est la différence avec les autres solutions du marché ? pourquoi MGI ?
Nous avons choisi MGI pour les performances que nous avons évoquées tout à l’heure, mais aussi pour la proposition de partenariat autour de la recherche et développement, c’est-à-dire cette souplesse que MGI nous a apportée autour de ce développement. En effet, nous allons être partenaires pour l’implantation de la machine mais aussi ses adaptations futures, ses modifications éventuelles; tout ce qu’on va pouvoir upgrader pour arriver à des résultats qui satisferont au mieux les attentes du marché.

En somme, pour vous le vernis 3D c’est l’avantage comparatif de la différenciation, de l’enrichissement de l’imprimé.
Absolument. C’est un avantage compétitif fort. Et puis il y a forcément aussi une arrière-pensée économique derrière tout ça, c’est que le poste sous-traitance sur le vernis UV était très important chez nous, et le fait de l’intégrer, ce sont des marges que nous allons conserver.